RABBIN CHAIM RUDOLF HERMANN GURLAND

RABBIN CHAIM RUDOLF HERMANN GURLAND

 

(1831-1905)

 

GurlandChaim Gurland était le fils d'un rabbin zélé de Vilna, en Lituanie. Dès qu’il fut en mesure de lire les Saintes Ecritures, il aimait tellement les récits d'Elie, qu'un jour il s’est enfui de la maison de ses parents  "parce qu'il voulait aller au ciel comme Élie"! Il a fallu plusieurs jours pour retrouver le jeune garçon, qui était dans un état famélique.

 

Dans sa jeunesse, Chaim eut une expérience malheureuse. Alors qu’il lisait un récit biblique, il a vu une image du Christ crucifié qu'il voulait graver dans son esprit; il s’est donc glissé dans le grenier pour reproduire une copie de l'image. Cela lui prit plusieurs heures et ses parents allèrent à sa recherche. Dans la pénombre, son père, choqué et attristé, est soudainement apparu devant lui. A ses yeux, Chaim avait commis un grand crime. Il reprit son fils sévèrement et lui donna une bonne correction.

 

Chaim était destiné à devenir rabbin. Après trois années d'études dans un séminaire rabbinique il a été intronisé. Le jour de son intronisation, il écrivit: «Ce fut le jour le plus terrible, le plus malheureux de toute ma vie." Il avait de grands doutes quant à l'origine divine du Talmud, mais par  obéissance à ses parents, Chaim s’est engagé dans cette voie, sachant bien qu'il ne pouvait pas le satisfaire. Sa conscience le troublait beaucoup; néanmoins, il accepta l'appel comme rabbin à Wilkomir.

 

Cependant, il ne put  le supporter longtemps. Dans la synagogue, il prêcha publiquement contre le Talmud et engagea ses auditeurs à une discussion, mais personne n’accepta son défi. Le chef rabbin demanda sa révocation, mais Gurland  refusa. Il resta en fonction encore deux ans, puis il a dû partir.

Que faire maintenant? Pendant quelques années, il reçut un maigre salaire en tant que professeur privé. Puis un jour, un colporteur juif lui apporta un Nouveau Testament en hébreu. Pour la première fois, l'ex-rabbin lut le Sermon sur la montagne, les épîtres de Paul et d'autres passages du Nouveau Testament. Cette lecture l’amena à de nouveaux doutes et une grande tristesse s’empara de lui.

 

Bientôt il entendit parler du Pasteur Faltin et fit connaissance avec lui ; celui-ci était en contact avec de nombreuses personnes juives à Kishinev. Le pasteur Faltin fit  une visite au rabbin, qui l’accueillit chaleureusement. M. Faltin lui dit: «Je suis bon en dessin et je serais heureux de vous donner des leçons de dessin et des cours d'allemand, si en contre partie, vous lisez avec moi la Bible hébraïque une fois par semaine, car je voudrais améliorer ma connaissance de la langue hébraïque ".  Le rabbin accepta.

 

Au cours de leur lecture, ils arrivèrent au chapitre cinquante-trois du livre du prophète Esaïe, qui est l'un des passages les plus merveilleux de la Bible. Beaucoup de Juifs n’ont  jamais lu ce chapitre; ils en  ont peur, car ils savent que les chrétiens disent qu'il décrit clairement la manière et la signification des souffrances, de la mort et de la résurrection du Messie. Curieusement, les Juifs ne veulent pas entendre ces choses. Le Rabbin Garland demanda donc au pasteur Faltin de ne pas lire la cinquante-troisième chapitre. Pastor Faltin lui dit: «Je vais prier pour que Dieu vous donne le courage d'être prêt à connaître la vérité salvatrice de Dieu." A partir de ce moment, le rabbin ne pouvait plus s’arrêter de penser à ce chapitre remarquable, et  estima que c’était de la  lâcheté que d'avoir peur de savoir ce que Dieu lui avait révélé.

 

Lorsque le pasteur Faltin revint la semaine suivante, le rabbin Gurland exprima sa volonté de lire la cinquante-troisième chapitre avec lui.  Le pasteur lui dit: «Permettez-moi d'abord de vous lire l'histoire des souffrances du Christ, comme le dit le Nouveau Testament". Après cela, ils ont ouvert et lu Esaïe chapitre 53, qui avait été écrit plus de 700 ans avant la naissance du Christ. Rabbin Gurland admit que ce chapitre était une image parfaite de ce que Jésus avait souffert et acquis pour nous sur le Calvaire. Les deux hommes eurent de nombreuses discussions. Le pasteur Faltin n’était pas pressé, et finalement Gurland exprima le désir de  confesser le Seigneur Jesus comme son Sauveur ; après avoir reçu un enseignement complet sur la foi, Garland, cet homme de trente-trois ans, et son épouse furent baptisés.

 

La surexcitation et l'indignation de la population juive fut effrayante quand ils entendirent que le Rabbin Gurland devait être baptisé dans l'église du pasteur Faltin, et qu’il allait confesser publiquement sa foi en Christ. Beaucoup de Juifs furent tellement outrés par l'intention du Rabbin Gurland, qu’ils lui écrivirent que son baptême serait une honte et une calamité pour les Juifs. On lui dit aussi qu'un certain nombre de Juifs avait juré que s'il était baptisé, ils allaient le tuer dans l'église après son baptême. Pastor Faltin demanda s'il voudrait être baptisé tranquillement dans le presbytère. Le rabbin répondit: «Non, Jésus-Christ est un Sauveur puissant. Il peut me protéger; et s’il ne le fait pas, je suis prêt, non seulement à souffrir mais aussi à mourir pour lui."

 

Quand le jour du baptême du Rabbin fut arrivé, les Juifs étaient surexcités. L'église était remplie de chrétiens et de juifs. Le service s'est poursuivi tranquillement. Le Pasteur prêcha le Christ, venu pour sauver les perdus. Avant le baptême, Gurland prononça un petit discours dans lequel il déclara qu'il avait reçu la lumière céleste en lisant le cinquante-troisième chapitre d'Ésaïe et qu'il croyait que Jésus-Christ était le Messie et le Sauveur promis. Pendant le baptême et le reste de ce culte divin, tout était calme. Jésus avait une fois calmé la mer déchaînée: maintenant Il avait apaisé les coeurs remplis de rage. Après le culte, une vieille dame dit au nouveau chrétien hébreu sur un ton maternel: «Voilà 18 ans que je prie Dieu et que je l’implore de sauver votre âme ».

 

Maintenant, une nouvelle formation commençait. Rudolf, comme on l'appelait depuis le jour de son baptême, étudia la théologie à Berlin et fut plus tard ordonné pasteur protestant. Ce jour-là, il prêcha sur Romains 1:16, " Car je n'ai point honte de l'Évangile: c'est une puissance de Dieu pour le salut de quiconque croit, du Juif premièrement, puis du Grec".

 

Il est devenu co-pasteur de son ami et père spirituel, le pasteur Faltin à Kishinev. Mais il n’oubliait pas ses frères de la maison d'Israël. Il parlait souvent avec eux, en a amené beaucoup au Sauveur et les a baptisés. Son œuvre est devenue bien connue en Allemagne et en Russie.

 

Quelques années plus tard, l'Église de Kurland l'a appelé comme missionnaire auprès des Juifs. En cette qualité il donnait des cours sur la Bible pour le peuple juif, a développé une importante correspondance et fut guidé par le Saint-Esprit pour amener beaucoup de Juifs au Seigneur.

 

Il y avait beaucoup de déceptions dans le travail, beaucoup d’épreuves et de luttes, mais Gurland a su semer l'amour pour les Juifs et encourager le ministère parmi eux dans les coeurs de beaucoup de chrétiens, et il a pu montrer le chemin du salut à  beaucoup de personnes du peuple Juif.

 

Gurland a dit: "Souvent Dieu ne donne assez de lumière que pour une étape à la fois, mais pour les fidèles une fin glorieuse est assurée, car Dieu merveilleusement le conduit des ténèbres à la lumière".

 

L'ex-Rabbin a vécu dans deux mondes à la fois. Encore et encore, il a allumé la flamme de l'amour dans le cœur des chrétiens pour l'ancien peuple de Dieu et pour un ministère de service envers eux. Encore et encore, il a appelé ses frères à venir au Messie qui est mort pour tous, Juifs et non-Juifs.

 

CLIQUEZ ICI POUR LIRE D'AUTRES TEMOIGNAGES